Un monde à portée de main

Éditions Gallimard, 2018

Si Paula s’installe à Bruxelles, c’est pour ‹ apprendre à voir › par l’étude du trompe-l’œil. Bien plus qu’une imitation par la peinture, c’est l’histoire des matières qu’elle va vouloir maîtriser, les récits de mouvements millénaires qui ont agité la terre autant que ces nouvelles connaissances qui structurent aujourd’hui son existence de jeune adulte. Une urgence de vivre et de savoir que transpose une écriture-flot qui rassemble tout dans un même élan: rencontres, dialogues, chuchotements venus du monde des images.

Da: Maylis de Kerangal. Un monde à portée de main. Éditions Gallimard, 2018

Parmi la vingtaine d’élèves formés à l’Institut de peinture, 30 bis rue du Métal à Bruxelles, entre octobre 2007 et mars 2008, ils sont trois à être restés proches, à se refiler des contacts et des chantiers, à se prévenir des plans pourris, à se prêter main-forte pour finir un travail dans les délais, et ces trois-là – dont Paula, son long manteau noir et ses smoky eyes – ont rendezvous ce soir dans Paris.

Altre opere: Maylis de Kerangal. Eine Welt in den Händen. Übersetzt von Andrea Spingler. Suhrkamp Verlag, 2019 / Die Lebenden reparieren. Übersetzt von Andrea Spingler. Suhrkamp Verlag, 2015 / Maylis de Kerangal. Die Brücke von Coca. Übersetzt von Andrea Spingler. Suhrkamp Verlag, 2012 / Maylis de Kerangal. Naissance d'un pont. Editions Verticales, 2010 / Maylis de Kerangal. Corniche Kennedy. Editions Verticales, 2008 / Maylis de Kerangal. Ni fleurs ni couronnes. Editions Verticales, 2006 / Maylis de Kerangal. La rue. Pierre Terrail, 2005

 

Au milieu de la ville, la scène extérieure du Landhausquai propose des lectures de dix minutes en plein air par les autrices et auteurs invités.

Maylis de Kerangal, née en 1967 à Toulon en France. Elle a étudié l’histoire, la philosophie et l’ethnologie. Ses romans et nouvelles sont publiés depuis près de vingt ans. Elle a reçu de nombreux prix pour son œuvre. Elle vit à Paris.

Archivio