Yves Laplace

Né en 1958, vit à Bellevue. (1999)

Opere (Selezione)

Un mur cache la guerre.
Éditions Stock, 2003

L'Inséminateur.
Éditions Stock, 2001

Considérations salutaires sur le désastre de Srebrenia.
Edition du Seuil, 1998

La Réfutation.
1996

Nos fantômes.
1994

2003

Un mur cache la guerre

Éditions Stock, 2003

Da: Yves Laplace. Un mur cache la guerre. Éditions Stock, 2003

C’est allé comme un rêve peuplé de silhouettes gris muraille, disent René, Gloria, Grégoire Paccaud...
A l’aube la muraille avait absorbé les silhouettes de passage: non seulement les douaniers allemands, la Gestapo, les FFI, les contrebandiers, les réfractaires du STO, les passeurs, les espions, mais ces pauvres gens qui rêvaient de Palestine ou d’Amérique et qui marchaient en guenilles vers la Suisse, première escale, avec leurs sacoches et leurs valises sanglées, pleines de bijoux. Le soleil est revenu, notre muraille s’est redressée, moins grise et comme triomphante, immaculée, au milieu de la forêt. Les fantômes avaient rejoint les limbes, mais notre mur n’avait pas bougé d’un pouce. Le nez dessus, on ne voit plus l’histoire. On ne voit plus rien à l’horizon: ni les Juifs ni les Allemands ni les Français ou les Suisses de tous bords, ni même les sentiers, les crevasses, la mousse, les parasites, les buissons, la broussaille, les souches, les arbres dressés en pagaille. Le mur cache la forêt. La forêt cache la guerre.
L’histoire, même la plus grande, n’a jamais passé le mur; toute histoire devant le mur, notre mur, était de l’histoire ancienne.


Ve, 30.05.03, 11:50

Brève lecture
Bieltor

Sa, 31.05.03, 15:00

Lecture
Landhaus, Säulenhalle
Moderazione: Ivan Farron
1999

Considérations salutaires sur le désastre de Srebrenia

Edition du Seuil, 1998

Sa, 15.05.99, 16:00

Lecture
Landhaus, Säulenhalle
Moderazione: Daniel de Roulet, Irene Weber Henking
1995

La Réfutation

1996

Da: Yves Laplace. La Réfutation. 1996

Mon père regrette les temps de guerre. Du temps de guerre mondiale, dit mon père, la vie était passionnante. Et pourtant, dit- il, on n'avait pas la télévision, comme au moment de la guerre du Golfe (qui fut le dernier événement intéressant à suivre, mais depuis la guerre du Golfe, le monde décline). Mon père attend à tout instant qu'il se passe enfin quelque chose. Je lui demande de me parler de la guerre. Il n'a pas grand-chose à me mettre sous la dent. Mon père a toujours dit qu'il n'avait pas de mémoire, qu'il avait oublié ses jeunes années et bien audelà: l'oubli actuel des choses proches s'appuie sur l'oubli allégué de son enfance.
Cette enfance est un socle d'oubli. Le socle dérive du zuccolo, sabot en ita lien. Il parait que le çabot était une toupie au XIVe siècle et je crois me souvenir que nous jouions avec des toupies an- ciennes, des toupies de bois au domicile de mes grands-parents Laplace. Ces toupies-là dérivaient de celles qui furent taillées jadis dans un morceau de vieux sabot, que on faisait tourner au moyen d'un fouet.


Sa, 27.05.95, 11:00

Lecture
Landhaus, Säulenhalle
Moderazione: Janine Massard, Jean-Christophe Aeschlimann