Jean-Luc Benoziglio

1941–2013. Né à Monthey, a vécu à Paris. (2016)

Oeuvres (Selection)

Louis Capet, suite et fin.
Edition du Seuil, 2005

Le Feu au lac.
Edition du Seuil, 1998

Peinture avec Pistolet.
1993

Traductions (Selection)

Jean-Luc Benoziglio. Il re di Francia. Seguito e fine..
Edizioni Casagrande, 2011

Jean-Luc Benoziglio. Das Losungswort.
Übersetzt von Gabriela Zehnder.
verlag die brotsuppe, 2011

Jean-Luc Benoziglio. Louis Capet, Fortsetzung und Schluss.
Übersetzt von Gabriela Zehnder.
verlag die brotsuppe, 2006

2012

Das Losungswort

verlag die brotsuppe, 2011

Jean-Luc Benoziglios Humor und Wortspiele seien unübersetzbar, so heisst es – hier treffen drei Übersetzerinnen ihren Autor.

De: Jean-Luc Benoziglio. Das Losungswort. Übersetzt von Gabriela Zehnder. verlag die brotsuppe, 2011

Gut, gut, gut. Gut. Ich bin übrigens fertig. Das Ende kennst du ja. Haben an die Tür gehämmert, frühmorgens. Französische Polizisten. «Judenfänger», hiessen sie. Hübscher Name, der an jenen Typ denken lässt, weisst du, von Hameln. Hatten eine Liste mit vier festzunehmenden Personen, und wir waren deren fünf. Oh je! Administratives Problem. Da steckte irgendwo ein Fehler. Ausweise, M'sieurs-dames, bitte schön. Ganz freundlich und alles. Immer noch besser, als auf Deutsch bellen zu hören.

De: Jean-Luc Benoziglio. Le Feu au lac. Edition du Seuil, 1998

Avant, un peu vieillotte, que d’entamer sa narration, dame libellule, comme l’on se raclerait la gorge ou imposerait le silence d’un signe de tête, bat des ailes de façon quasi imperceptible, un entomologiste seul s’en apercevrait. Et voici pourtant, c’est à n’y pas croire, voici que ce simple battement d’ailes, impropre même à faire tressaillir le plus ultra-sensible des anémomètres, voici qu’il déplace de quelques millimètres une plume de duvet posée en contrebas sur la plage de Copacabana. Et voici, Dieu nous damne si nous mentons!, que l’impalpable courant d’air créé par ladite plume fait maintenant, un peu plus loin sur le sable, se soulever puis retomber deux ou trois pages d’un quodidien local (O quelque chose) reproduisant les anatomies de superbes mulâtresses en string, genre beach-volley – nous lutterons une autre fois contre le recul du portugais face à l’invasion du basic english. Quoi qu’il en soit, voici qu’en conséquence frémissent les drapeaux disposés tout autour du stade de balle au pied, voici, par réaction en chaîne, l’employé municipal agacé poursuivant cartons et papiers gras qui s’envolent devant son balai, voici qu’à la devanture des cafés claquent les toiles…

Vernissage: Paroles de romanciers, 19.05.2012, SLT

Ve, 18.05.12, 15:00

Übersetzungsatelier
Landhaus, Seminarraum
Modération: Daniel Rothenbühler
de/en, fr, it

Sa, 19.05.12, 17:00

Vernissage
Paroles de romanciers
Landhaus, Säulenhalle
Modération: Anne Pitteloud
2007

Louis Capet, suite et fin

Edition du Seuil, 2005

De: Jean-Luc Benoziglio. Louis Capet, suite et fin. Edition du Seuil, 2005

A quoi que se fût sur le port attendue l’assistance, ce qui arriva alors dut sans doute dépasser tout ce qu’elle avait imaginé. Voiles latines «en oreilles» amenées, bateau à peine amarré, la porte de la cabine sur la dunette s’ouvrit et, l’un derrière l’autre, on vit trois hommes en sortir et descendre la passerelle. Le premier et le troisième, cravate haute, épée au côté, portaient un bicorne orné de plumes tricolores, une veste bleue à broderies et boutons de cuivre, une large ceinture également tricolore et des bottes à revers.

Ve, 18.05.07, 16:00

Atelier de traduction
Landhaus, Seminarraum
Modération: Daniel Rothenbühler
fr/de
2001

Le Feu au lac

Edition du Seuil, 1998

De: Jean-Luc Benoziglio. Le Feu au lac. Edition du Seuil, 1998

Avant, un peu vieillotte, que d’entamer sa narration, dame libellule, comme l’on se raclerait la gorge ou imposerait le silence d’un signe de tête, bat des ailes de façon quasi imperceptible, un entomologiste seul s’en apercevrait. Et voici pourtant, c’est à n’y pas croire, voici que ce simple battement d’ailes, impropre même à faire tressaillir le plus ultra-sensible des anémomètres, voici qu’il déplace de quelques millimètres une plume de duvet posée en contrebas sur la plage de Copacabana. Et voici, Dieu nous damne si nous mentons!, que l’impalpable courant d’air créé par ladite plume fait maintenant, un peu plus loin sur le sable, se soulever puis retomber deux ou trois pages d’un quodidien local (O quelque chose) reproduisant les anatomies de superbes mulâtresses en string, genre beach-volley – nous lutterons une autre fois contre le recul du portugais face à l’invasion du basic english. Quoi qu’il en soit, voici qu’en conséquence frémissent les drapeaux disposés tout autour du stade de balle au pied, voici, par réaction en chaîne, l’employé municipal agacé poursuivant cartons et papiers gras qui s’envolent devant son balai, voici qu’à la devanture des cafés claquent les toiles…

Sa, 26.05.01, 20:30

Lecture
Landhaus, Säulenhalle
Modération: Nicolas Couchepin
1994

Peinture avec Pistolet

1993

De: Jean-Luc Benoziglio. Peinture avec Pistolet. 1993

Ce fut également un mois où l'on ne lésina pas sur les majuscules. Plus les événements s'emballent, dirait-on parfois, aussi dérisoires soient-ils, plus les partis fleurissent, aussi minuscules, plus les courants s'affrontent, aussi éphémères, plus les philosophies se contredisent, aussi inopérantes, et plus on ressent le besoin d'affubler les uns et les autres de noms ronflants, d'acronymes qui claquent en première page et de sigles plus longs que la durée de l'institution qu'ils désignent. - Alors comme ça, pas de papiers, hein? a demandé le flic. Cela ne paraissait pas le plonger dans l'affliction, même si les lacrymogènes les faisaient tous un peu larmoyer. Un peu plus loin, un tas d'ordures était en train de prendre feu. A moins qu'il ne s'agisse d'une voiture très vieille, très sale et très malodorante? Il a répondu que non: il s'était changé à cause de la pluie et ses papiers se trouvaient.. Le policier ne l'écoutait pas. Pour lui, ils s'étaient tout dit. Franceschini et toi, a-t-il fait, tourné vers les deux autres, vous allez me mener monsieur au car et, plus tard, on ira vérifier tout ça au commissariat. Au car? Qu'est-ce que?..
(tiré de: Peinture avec pistolet; voir/s.a. "Zündschrift" Mai 1994, français/deutsch)


Sa, 14.05.94, 20:30

Lecture
Avec: Anja Carmel
Landhaus, Säulenhalle
Modération: Françoise Fornerod